VALEURS DU CONGRÉS 2021

LE BILINGUISME

Au Canada, il y a deux langues officielles, le français et l’anglais, et la Société canadienne d’évaluation (SCÉ) est elle-même une organisation officiellement bilingue. Conformément à l’engagement de la SCÉ en matière de bilinguisme, nous veillerons à promouvoir et à valoriser le français et l’anglais dans tous les aspects possibles de la planification, de la prestation et des comptes rendus du congrès.

Pour faire vivre cette valeur, nous entendons :

  • respecter les exigences de la SCÉ en matière de langues officielles;
  • donner un statut égal au français et à l’anglais dans toutes nos communications écrites publiques;
  • demander aux représentants-tes du Comité organisateur du congrès d’utiliser les deux langues officielles dans leurs communications publiques, dans la mesure du possible;
  • mettre en place une coprésidence qui reflète les deux langues officielles;
  • inviter les bénévoles de la SCÉ à participer aux réunions dans la langue officielle de leur choix;
  • contribuer à la bonification du bilinguisme aux futurs congrès de la SCÉ par nos réflexions et les leçons retenues.

L’ÉQUITÉ, LA DIVERSITÉ ET L’INCLUSION

La diversité est la présence de la différence dans un cadre donné, telles l’identité de genre, l’orientation sexuelle, la race, l’origine ethnique, la religion, l’invalidité et toute autre identité marginalisée ou à risque de marginalisation. L’inclusion permet aux personnes d’identités variées de se sentir ou d’être valorisées et bien accueillies dans tous les aspects de notre congrès. Nous atteindrons nos objectifs quant à la diversité et à l’inclusion par notre approche en matière d’équité. Nous reconnaissons que tous-tes n’ont pas eu le même point de départ et qu’il existe des avantages et des obstacles. Notre but est de corriger et traiter ces déséquilibres chaque fois que c’est possible, afin que toutes les identités aient la possibilité de grandir, d’apporter leur contribution et de se développer par leur participation, dans tous les aspects de notre congrès.

Pour faire vivre cette valeur de la diversité, de l’équité et de l’inclusion, nous bénéficierons du soutien actif de Joanna Kocsis, coprésidente du Groupe de travail sur la diversité de la SCÉ, à titre de responsable de la diversité.

Pour faire vivre cette valeur, nous entendons :

  • chercher activement à faire de notre équipe de bénévoles un milieu sûr et accueillant, qui réduit les obstacles à la participation et bonifie les perspectives d’engagement pour toutes les personnes;
  • faire appel aux voix des identités marginalisées, afin de mieux comprendre les déséquilibres et les moyens de les aplanir;
  • utiliser un langage inclusif, y compris les pronoms de genre de choix, dans nos communications;
  • inclure des présentateurs-trices diversifiés-es dans nos ateliers pré-congrès et notre programme;
  • contribuer à la bonification de l’équité aux futurs congrès de la SCÉ par nos réflexions et les leçons retenues.

LA RÉCONCILIATION ACTIVE

Notre engagement envers cette valeur nous permettra de reconnaître et soutenir activement l’autodétermination des Autochtones et de continuer à explorer la nature d’une réconciliation significative et les moyens par lesquels le congrès 2021 peut y contribuer.

Pour faire vivre cette valeur, nous entendons :

  • déterminer, en collaboration avec la direction et la communauté de la nation algonquine Anishinabeg, comment le congrès peut apporter une contribution significative à une réconciliation active; 
  • éduquer nos bénévoles quant aux impacts continus et délétères de la colonisation sur les peuples autochtones du Canada et quant à la contribution que les bénévoles peuvent apporter à un changement significatif;
  • rechercher activement des évaluateurs-trices qui s’identifient comme autochtones afin de les encourager à présenter des projets d’ateliers, de séances et de déjeuners thématiques pour le programme du Congrès;
  • contribuer à la réconciliation active des futurs congrès de la SCÉ par nos réflexions et les leçons retenues.

LA DURABILITÉ ENVIRONNEMENTALE

Le plan stratégique de la SCÉ pour 2019-2024 désigne le leadership en matière de durabilité environnementale comme un principe directeur qui doit être incarné par les activités de la SCÉ et la pratique professionnelle de l’évaluation. Le congrès annuel en personne étant traditionnellement l’événement le plus important et le plus consommateur de ressources de la SCÉ, l’écologisation de la conférence de 2019 était une priorité essentielle pour assurer la durabilité environnementale de ses opérations. C2020 avait adapté la rubrique d’évaluation de l’année précédente afin de guider, de documenter et de suivre les progrès annuels dans la réalisation de la durabilité à trois niveaux : Basique : consommer moins ; Modéré : recycler et compenser la pollution ; Élevé : avoir une influence positive sur la durabilité environnementale et la marginalisation.

Le passage au format virtuel du congrès C2021 a permis d’éliminer l’« empreinte » des principales catégories de consommation de ressources que les années précédentes s’efforçaient de réduire et/ou d’atténuer, telles que : l’emplacement du congrès, l’hôtel, les transports, la restauration et les communications imprimées. C2021 se concentre donc sur la création d’une « empreinte » positive par la communication, l’engagement et le développement professionnel qui sensibilise à l’intersection de la gestion de l’environnement avec d’autres valeurs fondamentales de C2021, à savoir la diversité, l’équité, l’inclusion et la réconciliation active (quelques références) :1,2).

Nous encourageons les sections locales de la SCÉ qui organisent des événements en personne dans le cadre de C2021 à adopter les pratiques suivantes :

  • Offrir des plats végétariens produits localement et conformes aux lignes directrices du Guide alimentaire canadien (quelques références : 1, 2, 3).
  • Promouvoir l’utilisation de bouteilles d’eau personnelles pour éviter les contenants à utilisation unique (quelques références : 1, 2, 3).
  • Rendre toute la documentation accessible électroniquement pour éviter l’impression (quelques références : 1, 2, 3).
  • Recycler/composter les emballages, les documents imprimés et les déchets alimentaires inévitables.
  • Le cas échéant, ajuster les frais d’inscription et l’achat de compensations carbone pour atténuer l’impact des voyages des délégués-ées et des autres sources d’émissions de gaz à effet de serre (quelques références : 1, 2, 3).
  • Informer et impliquer les délégués-es sur les mesures à prendre pour réduire et atténuer l’empreinte de l’événement.